Juste une strophe, utilisé dans Wolff2.10
pour souligner le moment où Gilles bascule dans le délire onirique de Sonniu.


Silence,
Compagnon de ces longues heures,
Plongé dans le néant,
Complice bienveillant,
Si souvent rassurant dans mon malheur,
Te voilà soudain devenu un bien terrible adversaire,
Tes intentions, vil tortionnaire,
Malmènent mon esprit dans ce rêve
Jusqu'à ce que la raison s'achève
Un silence, pour quelque secret à défendre
Qui ne laissera rien d'autre que des cendres...

Ghji'A

Sonniu siquente illus


(illustration réalisée pour l'occasion...mais dont je ne suis pas vraiment satisfaite.
Pas le courage de la travailler davantage. :/ )

Silenziu,

Cumpà di’sse stonde
Impumbiatu in lu niente,

Bravu còmpliciu,

Di colpu ti turnasti, O viciosu boia,
E le to intinzione, in la capu meia,
Si strazianu in istu sonniu,
Fin’à la ragione, si scòmpi dinu

U silenziu,

Pè un sicretu à difende

Chì ùn lascerà nunda,
Solu cìnnare in a mio mente…

 Ghji'A