Yoho, les amis !


Petit post-traduction du week-end afin de reprendre un peu le rythme.

A Filetta est, pour moi, une source d'inspiration superbe.


Hmm, je ne parle pas de la fougère qui occupe une place d'honneur
sur mon bureau depuis Septembre, mais plutôt, comme d'habitude,
de l'un de mes groupes fétiches de l'Ile. :3

Il me semble vous avoir déjà évoqué le lien assez fusionnel
de certaines des musiques avec le personnage de Gilles Ghjiacomini
(dont il écoutera souvent les albums dans Wolff 3 et StoriaNova).
De ce fait, certains passages de mes histoires sont rédigés
sous l'influence de ces chansons.


Aujourd'hui, l'inspiration est également passée par l'image.
En fait, en allant jeter un coup d'oeil à la galerie photo du groupe
sur leur site off, j'avais quelque peu "flashé" sur l'une d'entre elle,
où les différents chanteurs se distinguaient à peine, en clair-obscur.
Il se dégageait de cette image une ambiance très particulière,
qui pouvait, à mon sens, coller parfaitement à la bande des Spada.
Le fait qu'il y ait autant de chanteurs que de Nocturnes
a facilité l'équilibre initial du croquis.
Après ces premières marques, ça a été du "free-lance"
avec de très nombreux coups de crayons numériques.

Voici le résultat final dont je suis assez satisfaite.

Bienvenue à la Casa !

A Spada 2411

Aio, à présent, place à la musique :

 A Filetta : Tra'Noi

Dédicace au poète corse Anton Franscesco Filippini (1908-1985),
mort en exil en Italie.


Tra noi par FlickydiCorsica

Issa lingua di i mei grazia à voi fù quella
Chì incantava le sere di a mio zitellina
Issa lingua di i mei grazia à voi fù bella
Quant’un’alba di maghju, un sfogu d’albaspina

Cette langue des miens qui grâce à vous
enchantait les soirées de mon enfance

Cette langue des miens qui grâce à vous
Fut plus belle qu'une aube de mai, qu'un bosquet d'aubépine


Trà noi ci fù lu mare è u tempu chì u face
Trà noi li bisesti di e guerre orrende
Ma ci fù da fà ponte a musa ch’ùn si tace
E parolle di focu, e splendite lucende

Entre nous, il y eut la mer et le temps qui le fait
Entre nous, les ravages de guerres
Mais il y eut aussi les clameurs d'une muse qui ne se tait
Et des paroles de feu, des splendides lueurs.


J'espère que l'ensemble vous a plu. :D


Bona serata a tutti !


A prestu.

 

 

Flickii