A l'heure actuelle, il est peut-être encore prématuré pour ouvrir une page
consacrée aux poèmes du Quai des Nocturnes... deux trois essais, jetés
sur le papier, qui se battent en duel. Ma, bon, au moins, ils seront rangés 
quelque part. ^^"

Regression ou évolution ?
Force est de constater que je reviens
en ce moment de plus en plus à mes "premiers amours".
D'abord l'écriture de longs pavés, le dessin traditionnel, et maintenant les poèmes. 


Au long de ma carrière de scribouilleuse en herbe, ces derniers représentent
une minorité marginale : ils se comptent sur les doigts de la main,
ils sont souvent métaphoriques, allégoriques, parfois spontannés et automatiques.
Ils ne s'inscrivent pas vraiment dans le réel.

Si on laisse de côté les impros un peu foireuses au synthétiseur et au violon
de ma prime jeunesse, le premier "vrai poème" que j'ai fait,
c'était pour un cours de français en 5ème.
A la suite de cette modeste performance, à la demande de ma prof de l'époque,
j'en avais fait un autre, qui a fini publié sur le journal du collège
(Ô grande fierté pour moi, du haut de mes 10 ans !! XD )

Après, il y en a eu quelques autres,
dont un ou deux en latin pour une histoire que j'écrivais au lycée.
Mais, bon, comme je détestais scander les vers à l'antique,
j'ai vite laissé tomber ! >__<

Plus récemment, dans le cadre d'une partie de mon nouveau grand projet
A Storia di Sorbù, je me suis retrouvée à devoir travailler sur des "strophes improvisées",
en corse (pour quelque "chjiami/respondi").

Au fil du récit, en façonnant l'intrigue,
l'un de mes personnages, déjà considéré comme un brin artiste,
se révèle comme un poète discret, retranscrivant certains événements
au gré de son humeur, en quelques strophes efficaces.

Voilà comment j'ai doucement renoué avec la poésie.

J'ignore pour combien de temps cela durera,
ni quel sera mon rythme de rédaction,
mais, en tout cas, ils seront modestement rassemblés ici.

A l'heure actuelle, voici les quelques strophes que l'on peut lire
dans le coin :

=> Daziu di Vita [StoriaNova] (en corse)

=> 111 (cent-onze) [StoriaNova] (en français)

=> Silenziu [Wolff/StoriaNova] (en français et en corse)


Bonne lecture,

A prestù ! :)