Pour ceux qui suivent d'assez près les aventures de ma bande de Nocturnes,
le titre doit être des plus évocateurs.

En effet, aujourd'hui, c'est le lycanthrope basque,
Nicolau Otxoa, qui est à l'honneur.

Otxoa

On laisse donc les pottoks à lunettes envahir le Quai des Nocturnes ! Aio ! X)

Petite rétrospective traitant de cet énergumène,
et de la façon assez singulière dont il s'est fait sa place.
Une illustration assez intéressante de ma propre évolution,
je crois. D'où l'idée d'en faire un post. :)

°) Donc... Nicolau Otxoa débarque dans mes histoires, il y a environ 2 ans,
où il fait une entrée particulièrement discrète dans Wolff1,
à l'instar de ses autres potes de la Spada.
(NB/Rappel : Embuscade près de l'AP-HP, avec flingues qui font pas mal de bruits, etc...
Du discret, quoi !)
Il n'est point nommé car lors de sa seule véritable apparition, le narrateur se fout
pas mal de l'identité des loups-garous qui viennent ainsi lui sauter dessus... et puis,
sa forme lycanthropique a suffisamment changé pour qu'il ne daigne le reconnaître.

°)On le retrouve enfin sous une forme humaine clairement identifiée, quelques mois plus tard,
dans les brouillons de Wolff2. 

Initialement, il était plutôt originaire des pays basques "espagnols",
un peu plus carré (il se baladait toujours avec une pelote basque bien massive de 2kg),
plus "ténébreux" aussi.
Dans les premiers essais, il n'était pas du genre très causant, mais je constatais déjà
qu'il le devenait beaucoup plus lorsqu'il était question de Gilles.
Il se retrouvait ainsi tantôt muet comme une carpe, tantôt atteint d'une logorrhée
insupportable, dans laquelle il pouvait se montrer parfois très narquois,
voire à la limite provocateur, mais cela dépendait fortement de son interlocuteur.

Donc, voilà, une psychologie encore très instable, et niveau physique...
bien, je voulais absoluement qu'il se sappe autrement, parce que la panoplie
beret-foulard-chemise blanche et foulard, ça faisait "too-much" ! T-T

 

 OtxoaOtxoa Spada

 

Mais je n'étais pas trop inquiète, me disant qu'une fois sa psychologie bien établie,
le style suivrait de lui-même... ^v^

 

°) Bien, je n'avais pas trop tort... ^^
Quelques mois plus tard, en prenant un peu d'assurance,
il a carrément viré la moitié de ses fringues.
Ses traits sont plus fins. C'est même la "belle gueule" de la Spada. X)
Par contre, comme, il a perdu au moins 7 kg de muscle,
du coup, son arme à la ceinture est un peu moins imposante.

otxoa fbk

Il y a une série de gribouilles, comme ça, où il ne voulait pas enfiler de T-shirt, pas même en hiver...
Je commençais à croire qu'il avait vécu perché quelque part dans les Pyrénées au milieu des
moutons et des pottoks, pour être si peu sensible au froid.
En fait, non, c'est juste un hyperactif au sang bouillant ! XD

Parmi mes inspirations pour ce gaillard, je me suis retrouvée à écouter le Lac des Cygnes de Tchaïkovski.
Voilà qui promettait déjà pas mal de surprise ! X)

°) Je passe rapidement sur Wolff2, où il semble avoir trouvé sa place
dans le groupe, bien qu'il subisse assez facilement la "macagna" des copains corses.
En revanche, la rédaction du scénario m'a mené à approfondir les relations qu'il entretient
avec l'un des Spadas : Gilles Ghjiacomini-Angeli.
Apparemment, ils sont potes depuis 10-20 ans, et vivent en colocation depuis presque aussi longtemps.
(La colocation comprenant ainsi les moments, où Nicolau venait squatter la chambre d'ami de la demeure familiale
de Gilles, avant que ce dernier ne déménage définitivement pour Paris. ^^)
Sans trop spoiler, Nicolau se révèle un moment dans Wolff2 ultra-protecteur et jaloux...
et, accessoirement, pardonnez-moi le terme, une "vraie garce" !!
D'où l'idée de songer qu'il serait peut-être intéressant
de creuser un peu la question... 0X)

°) Janvier 2012 : Début du projet Sonniu, un petit texte "expérimental"
sur les Spadas, que j'ai déjà eu l'occasion d'évoquer précédemment.
Dans celui-ci, j'en profite justement pour tenter de décrypter la nature exacte
des sentiments, de toute évidence très forts, qui relient ces deux personnages.

En vacances, perchée dans mes montagnes,
je découvre sur un CD de chanteurs corses, l'interprétation d'un poème...basque ! X)
Hegoak (Txoria txori), qui m'a beaucoup inspiré au lancement de Sonniu. 


Sonniù par FlickydiCorsica

Tralala, j'en étais sûr ! Nicolau est amoureux de Gilles ! 8D

Bon, la suite de Sonniu m'a offerte quelques autres surprises...
Au moins, à présent, je suis à peu près confortée sur certains points importants,
pour mener l'intrigue d'autres projets à plus long terme.

 

°) On en arrive à ces dernières semaines. Dans la suite de Sonniu, je réfléchis dans un coin
à ce qu'il pourrait advenir après cet "incident". J'en suis arrivée à quelques recherches sur
le passé de ce personnage. Compte tenu du thème des 23h de la BD, mixant "fin du monde" et "french kiss",
bien, j'ai voulu m'amuser en BD là-dessus, mais j'ai lâchement abandonné... faute de temps et d'inspiration
aussi, ce qui m'arrive souvent lorsque j'ai des semaines chargées. ^^"

Voici, malgré tout, quelques esquisses préparatoires et pages réalisées pour l'occasion.

Page 2Otxoa

Otxoa apparait comme un jeune homme, initialement cerné par le carquois d'une vieille et bonne famille de Bayonne.
Il vit cependant à leur insu une vie bien moins introvertie que ses parents veulent bien le croire. X)

Il manque de causer un infarctus à son père en lui annonçant d'un bloc,
plusieurs révélations concernant sa vie professionnelle et privée.

Sale gosse !

Et en plus de mettre plus que mal à l'aise ses parents biologiques,
le ptit Pottok n'a pas idée des nombreuses réflexions et remises en cause,
qu'il m'a apportées.
Enfin, bon, c'est assez facile de tout lui mettre sur le dos, hè !
Force est d'admettre que l'évolution de ce personnage n'a été possible
que dans la mesure où j'ai évolué moi-même.

Ca se voit un peu dans mon coup de crayon, dans mes textes.
J'explore davantage, toujours un peu plus loin, cherchant des limites,
embarquant mes personnages dans un tourbillon d'idées.
Bref, je m'éclate...à l'instar de Nicolau, finalement,
(mais avec un peu plus de décence, tout de même XD ).

C'est via de telles rétrospectives, que je me rends vraiment compte...
que je mûris un peu ! Juste ce qu'il faut pour être un peu plus déjanté,
ça va de soi ! X)

Aio, je vous laisse avec la dernière illus' en cours de ce cher Nicolau.

Mixoriak presque fin

 Avec en fond musical, cette fois, un groupe de rock basque, découvert un par hasard,
dans les fonds bien poussiéreux du web. Et c'est fort dommage, parce que c'est
franchement sympa comme musique !



Avà, j'ignorais que les grenouilles appréciaient le "rock euskadin"...
J'attends confirmation du seul représentant du genre Rana qui passe régulièrement sur ce blog.

A prestù, amiccaci !

Flickii

(PS : vive les qPCR du Samedi aprèm !! \o/)