Hmm, c'est un peu délicat de démarrer la catégorie "carnets nocturnes"
par un échec, me direz-vous... Bien quoi ? Au moins, on est sûr de progresser, non ?

D'abord resituons le contexte :

La réponse à un appel à textes des Editions du Petit Caveau,
une petite maison d'édition consacré aux Vampires
(très sympathique, avec de très bons bouquins, au passage !).

Nous sommes le 1er Octobre quand j'aperçois cet AT,
et compte tenu de la faune qui traine en permanence dans mon salon,
je suis bien sûr très enthousiaste.
Un peu moins lorsque je me rends compte que la dead-line est pour... le 15 Octobre.
Ouuuuh ! Ca fait deux semaines...
soit le temps qu'il me faut d'ordinaire pour gribouiller un chapitre de 20 pages,et encore !
Avec le rythme de mes journées au labo, ça va être dur, voire impossible !
... ha ha ha, je tente !!
( Force est de constater que j'adore me lancer des défis un peu fous de ce genre... 8P )
Me voici donc à gratter mes pages avec le chrono à côté de moi !
Enfin, sur mon bureau, c'est pas vraiment un chrono...
mais une horloge en forme de chat,
avec une souris malicieuse en guise de pendule.

horloge

En tout cas, au cours de ces soirées de rédaction,
le tic tac de ce duo terrible me rappelait ainsi à chaque instant
le raccourcissement inéluctable de l'échéance.
Même le temps passé à la laverie automatique est rentabilisé au maximum
pour mener à bien ce projet.
Je dois le reconnaître, j'ai eu du mal à soutenir le rythme.
A la fatigue s'additionne le stress de ne pas être dans les temps
(eh oui, je me suis tout de même pris au jeu).
Avec, hmm, en grande partie, quelques musiques fétiches du perso principal,
parmi lesquelles :

Vocaloid Cantarella [Miku x Kaito] Vostf


Caprice de ma Muse, oblige... ^^"

Finalement, je suis parvenue à clore cette nouvelle avant la dead-line imposé. Yeaaah ! \o/

Fort heureusement, j'ai été bien soutenu au cours de ce travail acharné.
Je lève d'ailleurs ma tasse de thé vert à une certaine grenouille, qui a su porter
un regard attentif et des conseils avisés aux brouillons que je lui faisais parvenir
pendant ce petit marathon écrivain. Salute, cara ranochjà !
Tchin aux autres amis graphiques et rats de labo qui m'ont également encouragée
pendant cette période. A Bidul, pour sa relecture, mort de rire, de certains passages.
Basgi a tutti !!
... voilà, c'était le paragraphe philanthropique de ce post pour clore la partie "contexte"!
Nyah ! :3

Voilà, maintenant, quelques mots sur l'histoire en question,
proposé pour cet AT : Lucian Yale, les sandalettes sanguinaires. X)
Ou plutôt, selon le titre original : Sancuini calliculae.
(NB: Dans le latin classique du 1er siècle, il n'y avait qu'une seule lettre pour "c" et "g")

Lucian Yale n'a jamais voulu devenir ce qu'il est. Sa vie de vampire relève d'une lamentable erreur,
quelque part sur une plaine de Germanie, il y a presque deux mille ans.
Partant de ce constat, et la solitude n'arrangeant rien au fil des siècles,
il est devenu un être complètement débauché, avec plus d'alcool dans ses veines
que de sang octroyé vilement à quelques victimes.
Pourtant, sa simple présence à Londres semble déranger ses congénères plus respectables,
et disposant d'une position bien plus enviable dans la société victorienne. A commencer par la
belle et dangereuse Elise... Aussi, lorsque cette dernière lui envoie aux trousses son amant, Frederick Wolpert,
Lucian est un peu contraint de laisser de revoir un peu ses priorités : Laisser tomber ses oisives préoccupations,
pour s'occuper de ce joli chasseur qu'on lui sert si gentiment sur un plateau et qui devient rapidement l'objet de
ces désirs les plus tordus !

 

Voici donc le tableau, les amis !

Et en musique, ça donne ça !! :D


teaser SC

Mais la psychologie un peu particulière de ce bonhomme n'a pas vraiment convaincu ! ^^"
Eh oui, c'est la vie ! ^^

Enfin, bon, pleurez pas ! Ce n'est pas parce que le comité de lecture n'a pas aimé
ce cher Lucian (Caius, de son vrai praenomen d'ailleurs) qu'il est condamné à retourner
au fond d'un placard pour le restant de ses jours !!
(Enfin, en pratique... c'est exactement cela ! Parce que sinon, il a tendance à emmerder tout le monde...
et notamment Freidrich, auquel il ne cesse de proposer quelque plan frôlant subtilement l'indécence ! )
Cette petite nouvelle était un fragment, composé à partir de brides d'un projet plus volumineux
dans lequel il aura ainsi l'occasion de dire quelques répliques... et d'harceler une fois de plus "Frederick Volpert" ! ;-)

Bon, pour l'instant, je garde le manuscrit au chaud dans un coin.
Je vais profiter de ce "retour à l'envoyeur", pour le pauffiner un peu,
avant de le laisser rejoindre ma bibliothèque Calameo.

En attendant,

vale, mon cher Caius !!

\o/

 

Bonasera a tutti

A prestù !!